Morocco #fev20: group pulls out(?)

Reuters reports that one group in the Moroccan coalition that is protesting today has backed out:

(Reuters) - A Moroccan youth movement that led calls for nationwide protests on Sunday has pulled out because of a disagreement with Islamists and leftists over the role of the monarchy, one of its leaders said.

I suspect they were intimidated, because one would think they would have thought about their partners in this, who would bring out the numbers, earlier. Surely the better logic would be to have people from the mainstream center participate so that Islamists and leftists don't monopolize the day. This will make it easier for the regime to paint the protests as run by "extremists". 

Update: Some of the people alleged to have pullout have issued a denial.

Here is their statement:

Le "mouvement liberté et démocratie maintenant au Maroc" annule la manifestation de dimanche

Rabat- Le "mouvement liberté et démocratie maintenant au Maroc" a annoncé, samedi dans un communiqué sur le Web, l'annulation de l'appel à la manifestation de dimanche 20 février.

MM. Antit Rachid, Hicham Ahalla et Ahmed Qatib du groupe des jeunes fondateurs de ce mouvement ont annoncé cette annulation dans plusieurs réseaux sociaux du Web.

Le mouvement a motivé cette décision par quatre raisons à savoir "les tentatives de groupes religieux et de la gauche radicale à exploiter les événements internationaux pour orienter cette manifestation vers les luttes confessionnelles et idéologiques au lieu de s'unifier autour des besoins de la société marocaine en réforme sereine dans le cadre de la stabilité et de la cohabitation".

"La non précision de tous les participants de leur identité politique et de leurs positions référentielles sur la monarchie marocaine en tant que système politique jouissant de l'unanimité nationale" est la deuxième raison de l'annulation de cette manifestation, a précisé ce groupe de jeunes.

Pour le mouvement liberté et démocratie, "la violation de l'engagement du principe de l'indépendance des mouvements du 20 février vis à vis des agendas extérieurs" et "le manque de visibilité de l'ensemble des institutions, partis et individus ayant tardivement rejoint l'appel du mouvement Jeunesse du Facebook", sont les autres raisons qui ont motivé l'appel à l'annulation de cette manifestation.

Partant de ce constat, "le mouvement annonce l'annulation de sa participation dans les marches prévues et nous faisons assumer aux parties

appelant à manifester les responsabilités politiques de tout dérapage des orientations et des fondements du mouvement liberté et démocratie maintenant en tant que mouvement principal duquel sont issus les autres mouvements".

Après avoir souligné que "la clarté et l'intelligence étant synonymes de toute véritable action de militantisme et qu'il est impératif que dans chacune de ses étapes l'on s'imprègne de la vertu de la responsabilité et de la maturité", le mouvement "repose à tous les véritables questions avec la même audace que celle avec laquelle nous réclamons l'amélioration des situations au Maroc".

"Doit-on s'oublier dans la vague des événements, négliger les fondements et laisser la voie libre aux amateurs de la pêche en eaux troubles. Doit-on observer le silence tout en étant contents du lot considérable des opportunistes de solutions faciles qui nous rejoignent alors qu'ils ont omis de révéler leurs contradictions. Nous ne pouvons laisser les choses se transformer subitement à ce que nous n'avions pas visé par cette manifestation ni se prétexter du consensus et de la tolérance avec ceux ne croyant pas en la liberté, la démocratie et la diversité", s'est interrogé le mouvement.

"La manifestation et le droit à l'expression impliquent la responsabilité des répercussions politiques. Aussi manifester dans la rue n'est pas, en lui même, l'objectif alors que grandissent les illusions de groupes et d'individus, rejetées par la société marocaine constamment mobilisée autour de l'institution de la Monarchie garante de la continuité", poursuit le communiqué.

"Nous constatons que ces groupes et individus exploitent ce moment propice pour dévoiler leur véritable visage dans l'exclusion et l'aventure, et ce à l'encontre de notre volonté saine et mature à contribuer à l'amélioration de notre situation dans le calme".

Le mouvement liberté et démocratie maintenant décèle le danger découlant des appels au chaos et des desseins voulant transformer le droit à manifester en désordre et entraîner le Maroc dans le terrain des clans religieux et de confrontation gratuite sur fonds d'idéologies archaïques".

"La même audace qui nous a permis, au départ, d'exprimer nos revendications naturelles pour une transition vers la démocratie, l'attachement à l'acquis de la Monarchie et l'appel à la réforme par voie du dialogue et du débat franc, nous amène à annoncer l'annulation des marches du 20 février", conclut le communiqué.