Marzouki on transitional justice

From an interview with Tunisian President Moncef Marzouki (how many times I will I write these words with wonder before the effect wears off?) in Mediapart:

N'oubliez pas que je suis l'élève de Mandela: j'ai rencontré le leader sud-africain dans les années 1990 à Oslo, lors d'une réunion du comité Nobel; je suis allé deux fois en Afrique du Sud dans les années 1990. L'expérience sud-africaine avec les comités de réconciliation nous servira dans la mise en place de cette justice transitionnelle. D'ailleurs nous avons organisé ici, il y a à peine un mois, une réunion sur le thème de la justice transitionnelle; aujourd'hui des associations travaillent sur cette idée, le gouvernement a sa propre mission, et on va organiser cette justice transitionnelle, ouvrir les archives, former les juges, repérer ceux qui ont été coupables de très grands crimes et qui devront passer devant les tribunaux normaux, et faire passer les autres devant des tribunaux particuliers où ils devront demander pardon, ce qui leur sera accordé. Nous ne sommes pas du tout dans l'esprit d'une justice de vengeance, parce que cette révolution a été pacifique, démocratique et elle doit avoir une justice à son image.

My quick translation:

Don't forget I'm a student of Nelson Mandela: I met the South African leader in the 1990s in Oslo, during a meeting of the Nobel Committee; and went twice to South Africa in the 1990s. The South African experience of reconciliation committees will be useful to implement transitional justice. In fact we organized, just a month ago, a meeting on the theme of transitional justice. Today associations are working on this dea, the government has its own mission, and we will organize this transitional justice, open the archives, train judges, identify those who are guilty of great crimes and who will have to appear in front of normal tribunals, a right they will have. We are not at all in the logic of revenge, because this revolution was peaceful, democratic, and it must have a similar type of justice.